Commentaires fermés sur Entre émancipation et freins à l’intégration. L’isolement de la femme marocaine immigrante au Québec

Entre émancipation et freins à l’intégration. L’isolement de la femme marocaine immigrante au Québec

Le Québec est une société pleine de valeurs au sein de laquelle les femmes marocaines immigrantes s’affirment comparativement à la situation qui prévaut dans leur pays d’origine. Elles voient dans la société d’accueil un milieu qui permet de meilleures perspectives pour l’avenir de leurs enfants. Toutefois, elles ont le sentiment que le désir d’émancipation est entravé par de nombreuses barrières qui se dressent devant elles et qui leur semblent infranchissables : comme la couleur de la peau, le port du voile, l’origine ethnique, la non-reconnaissance des diplômes et des acquis, qui constituent un choc culturel pour ces femmes. Selon les résultats de Statistiques Canada en 2011, elles sont pour la plupart instruites : 49% d’entre elles sont de scolarité collégiale ou universitaire. En effet, 32% d’entre elles détiennent un diplôme de niveau universitaire et 17% ont un niveau collégial ou professionnel. À leur arrivée, les femmes immigrantes ne s’y retrouvent pas, leurs valeurs étant souvent différentes de celles de la société d’accueil. Nous assistons très souvent à une perte d’identité et de repères. À cela s’ajoutent les barrières linguistiques qui font, entre autres, que les femmes parrainées par le mari n’arrivent pas à suivre le cheminement de leurs enfants à l’école. De ces multiples blocages, nous retenons particulièrement, l’équation constituée par le trio garderie-langue-travail,qui concerne les femmes auxquelles la maîtrise du français est un problème important dans leur parcours puisqu’il constitue une atteinte à leur autonomie : sans garderie pour leurs enfants, ces femmes n’arrivent pas à suivre les programmes de francisation, et sans amélioration de leur niveau de maîtrise de la langue française, leurs chances de trouver un emploi s’amenuisent ainsi que, plus globalement, leurs habiletés de socialisation et d’intégration.

Gardiennes des traditions, les femmes marocaines immigrantes restent à la maison pour s’occuper des enfants, n’ayant pas accès à des places en garderie, préoccupées par la reconstruction d’une vie familiale harmonieuse. Très souvent, la nouvelle vie devient une source de tension: choc des valeurs,choc des cultures,absence de travail alors que la famille est venue s’installer pour améliorer ses conditions de vie.

Le fossé se creuse entre l’épouse à la maison et le mari qui s’intègre plus rapidement à la nouvelle société. Les problèmes augmentent et peuvent conduire à la violence. Ceci est notamment prouvé par les statistiques concernant le taux d’activité des hommes immigrants qui est supérieur à celui des femmes maghrébines immigrantes au Québec.

Dans le pays d’origine, la garde des enfants se fait dans le cadre d’un réseau social traditionnel : la famille, les amies, les voisines ou les servantes qui relayent la mère pour la garde des enfants. De plus, la lenteur de l’évaluation des diplômes démotive les nouvelles arrivantes : «Moi, j’ai attendu huit mois. Alors, après huit mois, la formation que je veux, par exemple, ça y est, elle est reportée pour l’année prochaine.», se plaint une diplômée à Saint-Laurent (Montréal). Ces femmes immigrantes soulignent que les communications avec les agents des services d’Emploi-Québec qui s’occupent de leur dossier sont difficiles sur plusieurs aspects : elles disent qu’on leur conseille des formations alors qu’elles en souhaitent d’autres ou qu’on leur refuse d’autres formations qu’elles désirent. Par ailleurs, même quand elles disposent d’habiletés (diplôme, expérience, langue), nous constatons que ces femmes ont du mal à se faire valoir sur le marché du travail québécois. Cependant, il ne faut pas dévaloriser l’effort que font ces femmes maghrébines immigrantes pour s’intégrer dans la nouvelle société à travers le bénévolat qu’elles effectuent, car elles sont qualifiées, elles peuvent mettre à profit leurs connaissances. Ce bénévolat est inestimable, mais représente un piège : excellentes pour le bénévolat, elles ne sont pas reconnues comme des travailleuses.

Et celles qui ne maîtrisent pas le français ont évidemment encore moins de chance. Il en découle, dans plusieurs cas, une sorte de logique de cause à effet entre plusieurs éléments qui mettent ces femmes devant une impasse qui leur paraît insoluble : le gouvernement canadien demande l’expérience canadienne, alors qu’elles ont l’expérience dans leur pays d’origine et elles sont déjà scolarisées. Des données de Statistique Canada laissent apparaitre que les femmes immigrantes connaissent une pauvreté croissante. Environ 62% des femmes immigrantes de Montréal avaient un revenu d’emploi comme principale source de revenus (contre 70% d’hommes immigrants). Et environ 23% des femmes immigrantes dépendaient des transferts gouvernementaux (deux fois plus que les hommes immigrants).

Cette difficile équation garderie-francisation-travail, combinée aux préjugés et à la stigmatisation des immigrantes, constitue de véritables blocages et obstacles. Le stéréotype dominant renvoyant au statut social «d’immigrante» n’est autre qu’un rapport de domination économique. En effet, c’est plus dans le rapport au travail que ce stéréotype a été le plus cité, ainsi que dans la non-reconnaissance de leur savoir-faire et de leurs capacités réelles dans tous les secteurs.

Le degré de souffrance peut être différent parce que les femmes immigrantes sont souvent doublement discriminées en raison de leur origine ethnique qui ne devrait pas être une entrave à la valorisation des traditions et des connaissances de ces femmes.

En guise de conclusion, nous avons retenu deux groupes de problèmes importants, synthétisés sous le triptyque suivant : «dévalorisation des acquis», «exigence de l’expérience locale- Garderie» et «langue-travail-garderie». En fait, plusieurs failles sont ainsi identifiées : les longues listes d’attente autant pour les garderies subventionnées que pour la francisation, le manque d’efficacité des programmes de francisation pour celles qui doivent régulariser leur statut, la non-reconnaissance des diplômes et des expériences acquises dans le pays d’origine, le manque d’efficacité des politiques d’Emploi-Québec en matière de formation et d’insertion professionnelle pour celles qui doivent régulariser leur statut.

Fayrouz Fawzi , LE MATIN.MA

Rubriques : Actualités, Immigration Mots-clés : , , , , ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.