Commentaires fermés sur Valeurs partagées?

Valeurs partagées?

Valeurs partagées?Depuis 2009, tout nouvel arrivant au Québec, accepte de signer une déclaration d’intention par laquelle il s’engage, dans sa nouvelle vie, à respecter les valeurs communes de la province, ainsi définies par le gouvernement :

  •          Parler français, une nécessité;
  •          Le Québec est une société libre et démocratique;
  •          La société québécoise est riche de sa diversité;
  •          Elle repose sur la primauté du droit;
  •          Les pouvoirs politiques et religieux sont séparés;
  •          Les hommes et les femmes ont les mêmes droits;
  •          L’exercice des droits et libertés de la personne se fait dans le respect de ceux d’autrui et du bien-être général.

Ces principes s’imposent hors de toute considération philosophique, politique ou religieuse, puisée dans la culture du pays d’origine. Tout ceci, supposé rendre plus aisée l’intégration.

Il s’agit là, à n’en pas douter, d’un contrat social. Sauf qu’un bon contrat (un «contrat synallagmatique», disent les juristes) est un contrat qui engage deux parties. Autrement il s’agit d’un contrat «unilatéral», voire «léonin» (ce qui, chez nos mêmes juristes, ne signifie rien de bon).

Il devient alors important d’identifier les parties au contrat que constitue la déclaration d’intention sur les valeurs commune.

La première partie signataire est, incontestablement, le nouvel arrivant et par extension, tout néo-québécois.

La seconde partie n’est pas, contrairement aux apparences, le gestionnaire de l’immigration en l’occurrence le gouvernement du Québec, mais bien la société Québécoise, autant collectivement qu’individuellement.

Mais y a-t-il vraiment deux parties à ce contrat?

Là, le doute est permis.

Car si du côté des néo-québécois, depuis 2009, personne n’en conteste aucune clause et que bon nombre d’entre eux sont même d’ardents défenseurs des sept valeurs qui le constituent, c’est plutôt du groupe ethnoculturel majoritaire, les «de souche» également appelés «pure laine» que les résistances se manifestent.

C’est notamment le cas  de certains chroniqueurs, plutôt des pamphlétaires, qui ne cessent d’étaler, sous couvert de Raison, de discutables convictions aux relents «mein kampf» plus qu’apparents.

L’un d’entre eux, faisant allusion à l’affaire de La Ronde, écrit ce qui suit «Tu as choisi de respecter les préceptes d’une religion, assumes-en les conséquences. Peut-être que ton choix t’empêchera de manger dans les restaurants de la Ronde parce que tu n’y trouveras pas de viande halal ou cachère(…) Si Dieu est important pour toi, tu devrais accepter  sans rechigner les sacrifices que la religion que tu as choisie t’impose».

Autrement dit : «Tu as des prédispositions au martyre; alors de quoi te plains-tu?».

Comment s’appelle donc cette figure de style qui sous des apparences logiques profère des assertions totalement illogiques et déraisonnables?

Car si notre chroniqueur, qui doit comme moi ignorer le jargon des sémanticiens, ne peut répondre à cette question, il n’en pratique pas moins, avec un remarquable talent, cette forme d’hypocrisie stylistique. Démonstration.  D’abord, juifs et musulmans québécois n’ont rien demandé à la Ronde; celle-ci, pour ne pas, éventuellement, dissuader une clientèle particulière a adopté une démarche (strictement commerciale) dont elle doit assumer seule la responsabilité. Ensuite, en faisant de l’humour aussi facile que discutable, notre chroniqueur cautionne assurément  des attitudes de même acabit, telle celle de certains employeurs  (deux à notre seule connaissance en ce Ramadan de l’année 2013) qui ont licencié d’honnêtes travailleurs au motif que ces derniers refusaient de rompre le jeun. Ce faisant, il s’inscrit en faux contre quatre de nos sept valeurs communes : Liberté, égalité, diversité et primauté du droit.

Quelques pages et quelques jours plus tard, une de ses collègues vient planter ses banderilles dans une cinquième valeur commune : l’impératif français.

Une de ses semblables, (faiseuse d’opinion comme il a existé autrefois des faiseuses d’anges) affirme sans sourciller que la primauté de la maitrise de la langue française dans les critères de sélection des candidats à l’immigration, née du nécessaires respect des valeurs communes, allait défavoriser des «candidats issus des pays latins» et profiter aux «candidats issus (…) colonies françaises et belges, dont les pays du Maghreb». Son mépris pour ces rebuts de l’empire colonial français«dont les valeurs campent aux antipodes des nôtres» ne tarde d’ailleurs pas à exploser : «entre une candidate francophone couverte de la tête aux pieds qui n’a pas le droit de quitter la maison sans son mari et une biochimiste diplômée de l’Académie sciences de Moscou», elle n’hésite pas une seconde : valeurs communes ou pas, francophones ou pas, une indo-aryenne vaut mieux qu’une arabo-africaine; un point c’est tout!

Fatima Houda-Pépin députée à l’Assemblée Nationale; Nadia Ghazzali rectrice de l’Université de Trois Rivières; Rkia Laroui Vice présidente du Conseil du Statut de la femme; Lynda Thalie artiste; Nathalie Elgrably universitaire et journaliste et bien d’autres originaires du Maghreb (voilées et soumises?) apprécieront sans doute….

À ce stade, nous avons relue les sept valeurs communes. Il nous a rassuré de voire que l’ignominie n’y figurait pas. Mais cela nous a néanmoins rappelé la sagesse des juristes qui veut qu’un bon contrat (un «contrat synallagmatique», disent les juristes) est un contrat qui engage deux parties. Et cela nous a amené à la conclusion que le gouvernement du Québec avait encore bien du pain sur la planche pour s’assurer qu’à la rentrée, toutes les parties au contrat s’entendront sur les sept clauses, à la lettre comme dans l’esprit et que de ce fait, le débat sur les valeurs communes serve bien les objectifs qui lui sont assignés, notamment celui de nous faire avancer vers une société québécoise inclusive et égalitaire.

Abdelghani Dades (Edito: Atlas.Mtl 211 du 1 au 14 août 2013)

 

Rubriques : Édito Mots-clés : , ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc