0

Politique Municipale : Les 100 jours de Valérie Plante. Pas de Lune de miel pour la mairesse!…

Près de six Montréalais sur dix se disent insatisfaits du travail de l’administration de la mairesse Valérie Plante depuis son arrivée à l’Hôtel de Ville, au mois de novembre, selon un sondage Ipsos mené du 2 au 6 février.

La proportion des 502 répondants qui est satisfaite de la nouvelle gestion des affaires municipales s’élève à moins de 34 pour cent.

Sébastien Dallaire, vice-président d’Ipsos, observe qu’il est plutôt rare de voir autant de gens insatisfaits d’une administration seulement trois mois après son arrivée. Il signale qu’après une élection, les maires entrants sont populaires car on leur accorde une chance. Dans le cas de l’administration Plante, il ne perçoit pas ce phénomène.

Les Montréalais reconnaissent tout de même certains bons coups à la nouvelle administration.

59,2% d’insatisfaction

L’insatisfaction est palpable à propos du début du mandat de Valérie Plante. Ainsi, 59,2 % des 502 Montréalais joints par Ipsos du 2 au 6 février ont dit être insatisfaits de la performance de la nouvelle administration municipale, tandis que 33,8 % sont satisfaits. « C’est presque du deux pour un pour l’insatisfaction. Après trois mois seulement, ce sont des résultats qu’on peut qualifier de décevants. Aussi rapidement, après une élection, c’est plutôt rare de voir cela », constate Sébastien Dallaire, vice-président d’Ipsos. L’âge des répondants influence considérablement leur perception de la performance de la nouvelle mairesse. Ainsi, les Montréalais de 55 ans et plus se montrent particulièrement déçus : près des deux tiers (63,6 %) se disent insatisfaits. Les jeunes de 18 à 34 ans sont au contraire plutôt satisfaits de ce début de mandat (50 %, contre 36 % d’insatisfaits).

Les principales conclusions du sondage

Très satisfait : 7,5 %

Plutôt satisfait : 26,3 %

Plutôt insatisfait : 35,1 %

Très insatisfait : 24,1 %

Ne répond pas : 7,0 %

Si l’élection était à refaire…

« Souvent, on parle de lune de miel envers les nouveaux élus, et dans ce cas-ci, il n’y a pas de lune de miel », dit Sébastien Dallaire. Cette insatisfaction en début de mandat se traduit dans les intentions de vote. Ainsi, 40 % des répondants ont dit qu’ils voteraient pour Denis Coderre si l’élection était à refaire, soit trois points de plus que Valérie Plante. « C’est une égalité statistique. Mais après une élection, les maires entrants sont souvent un peu plus populaires, parce que les gens veulent donner une chance au coureur. Là, il n’y a pas ce bénéfice du doute », observe Sébastien Dallaire. Le coup de sonde permet de constater que la façon de voter influence grandement la perception par rapport à la performance de l’administration. Ainsi, 71 % des partisans de Valérie Plante se disent aujourd’hui satisfaits de son début de mandat, tandis que 81 % de ceux qui préféraient Denis Coderre en sont insatisfaits.

Intentions de vote si on revenait aux urnes aujourd’hui

Valérie Plante : 37,1%

Denis Coderre : 40,2%

Ne voterait pas/refus : 22,7%

Les hausses de taxes et de tarifs passent mal

Les hausses de taxes et des tarifs décrétés dans le budget de Montréal passent mal dans la population. Ainsi, plus des trois quarts (77,2 %) des répondants se sont dits insatisfaits de l’augmentation de leurs taxes. L’insatisfaction se fait particulièrement sentir chez les plus âgés – 87 % des 55 ans et plus. Quant aux hausses de tarifs, 63 % des répondants sont insatisfaits. « L’insatisfaction est généralisée. Ceux qui ont voté pour Valérie Plante espéraient que ça n’arrive pas et ceux qui n’ont pas voté pour elles sont d’autant plus déçus », constate M. Dallaire.

Déneigement

Autre dossier chaud cet hiver, le déneigement attire également son lot de critiques défavorables. Trois Montréalais sur cinq (61 %) se sont dits insatisfaits de la qualité de l’enlèvement de la neige, alors que 35 % sont satisfaits. L’insatisfaction est plus marquée chez les Montréalais de 55 ans et plus (68 %). « Typiquement, c’est un enjeu sur lequel il est difficile d’avoir beaucoup de personnes satisfaites. Ça se passe au quotidien et on a un hiver difficile, mais ça reste passablement négatif », dit Sébastien Dallaire. Fait intéressant, les partisans de Denis Coderre sont très sévères sur le déneigement : 70 % d’entre eux se montrent insatisfaits. À l’inverse, les partisans de Valérie Plante sont satisfaits (52 % satisfaits et 45 % insatisfaits).

Quelques bons coups cependant…

Malgré les critiques, les Montréalais reconnaissent certains bons coups à l’administration Plante. La décision de la mairesse de lancer rapidement un appel d’offres pour l’achat de 300 autobus hybrides a été bien reçue par près des trois quarts des répondants (74 %). Les partisans de Valérie Plante sont particulièrement satisfaits (86 %), bien que ceux de Denis Coderre voient aussi cette décision d’un bon œil (68 %). « C’est très fort comme appui », commente M. Dallaire. La décision de retirer les trottoirs chauffants du projet de réfection de la rue Sainte-Catherine semble aussi bien perçue. Ainsi, 51 % des répondants ont dit être satisfaits, tandis que 31 % sont insatisfaits.

L’abandon de la Formule E

L’abandon de la Formule E aussi est bien reçu : une majorité de répondants (66 %) estiment que l’administration a pris la bonne décision. À noter, même les partisans de Denis Coderre jugent majoritairement (54 %) que Montréal a bien fait de se retirer de cette course. « L’abandon de la Formule E était clairement une bonne décision selon les Montréalais. Ça confirme que c’est un enjeu qui a coûté cher à Denis Coderre durant les élections », poursuit M. Dallaire.

Ces pitbulls qui divisent…

Les répondants se sont montrés extrêmement divisés sur la levée des restrictions touchant les pitbulls que l’ancienne administration Coderre avait mises en place. Ainsi, 42,3 % se disent satisfaits de la décision prise en début de mandat par l’administration Plante, tandis que 44,1 % en sont insatisfaits. « C’est un enjeu qui divise les Montréalais très clairement », observe Sébastien Dallaire. L’âge influence grandement la perception de cette décision. En effet, 57 % des Montréalais de 18 à 34 ans ont salué le fait de voir Montréal renoncer à l’interdiction des pitbulls. À l’inverse, 53 % de ceux âgés de 55 ans et plus sont insatisfaits. « Ça amène de l’insécurité chez les gens plus âgés, alors que les plus jeunes pensent probablement plus au bien-être animal », analyse M. Dallaire. L’enjeu est également très tranché entre les partisans de Valérie Plante, satisfaits à 54 % de l’abolition, et ceux de Denis Coderre, insatisfaits à 52 %.

Le sondage

Le sondage Ipsos mené pour le compte de La Presse a été réalisé du 2 au 6 février auprès de 502 Montréalais ; 332 entrevues ont été effectuées par internet et 170 au téléphone. Les répondants ont été questionnés sur leur niveau de satisfaction par rapport à une demi-douzaine de dossiers ayant marqué les deux premiers mois de l’administration Plante. Afin d’être représentatifs, les résultats ont été pondérés en fonction de l’âge, du sexe, du niveau d’instruction et de la langue.

 

Rubriques : Actualités, Société Mots-clés : , ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.