0

En recherche de travail? Gare aux offres trop alléchantes!…

Audrey Girard sentait l’inquiétude poindre lorsqu’elle a postulé à un poste de vendeuse automobile. Elle cherchait un bon emploi depuis plusieurs semaines, sans succès. Certains postes de conseiller en vente automobile reviennent souvent sur les sites web d’emplois. Les employeurs exigent peu d’expérience, un diplôme d’études secondaires et promettent un salaire jusqu’à 75 000 $ en plus d’avantages sociaux.

Une de ces annonces suscite l’intérêt d’Audrey sur le site d’Emploi-Québec. Celle de Summum Auto Formation, une école mandatée par des concessionnaires automobiles. Après un entretien téléphonique, Audrey est convoquée pour une entrevue.

Une surprise l’attend. Pour avoir l’emploi, il faut suivre une formation de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de dollars.

D’autres cas

Deux autres chercheurs d’emplois ont offert le même témoignage.

« Je voulais vraiment améliorer ma situation financière », raconte Mélissa Mathieu. « On me proposait vraiment des salaires de 45 000 $ et plus comme conseillère de vente et comme directrice financière, 100 000 $ et plus. Qui va refuser de travailler à ce salaire-là? »

Tout comme Mélissa Mathieu, George Zogheib était également actif sur les sites d’offres d’emploi dans l’espoir de travailler dès que possible. Dans leur cas, l’entrevue a eu lieu dans les locaux d’un concessionnaire automobile. Cela ne pouvait que renforcer leur conviction qu’ils se présentaient à une entrevue d’embauche.

« Une madame est venue me chercher. […] Je lui dis : “Est-ce que vous êtes la directrice des ventes?” Elle me dit : “Non, en fait, nous, on est une école”. Je dis : “Vous êtes une école! Ça veut dire […] c’est quoi, vous n’êtes pas Ford?” Elle me dit : “Non, non, nous, on est l’école Summum”. Je dis : “OK, mais pourtant ce n’est pas Summum qui m’a appelé!” Elle m’a dit : “Non, mais nous, on fait affaire avec Ford Fortier” », raconte George Zogheib.

Endettés

Les trois chercheurs d’emploi se sont fait dire qu’ils avaient le potentiel pour devenir de bons conseillers en vente automobile. Convaincue, Audrey a accepté de payer 800 $ pour suivre une formation. Mélissa et George eux, se sont endettés, respectivement, de 5500 $ et de 4500 $. C’était le prix à payer pour avoir un bon emploi par la suite.

Puis, je dis : “OK, j’ai une question pour vous. Est-ce que c’est obligatoire de prendre le cours?” Elle m’a dit : “Si vous voulez être vendeur automobile, oui, c’est obligatoire” déclare George Zogheib, ex-chercheur d’emploi.

Après leur formation, Audrey, Mélissa et George ont tenté leur chance auprès de plusieurs concessionnaires à de nombreuses reprises. Certains y ont travaillé pour une courte période. Puis, ils ont abandonné. Ils travaillent aujourd’hui dans un autre domaine. Ils reconnaissent maintenant que leur manque d’expérience a joué contre eux. Audrey affirme s’être rendu compte qu’elle n’avait pas les aptitudes pour être conseillère en vente automobile.

Le président de Summum, Michel Beaulieu, nous a répondu par écrit que la majorité de ses élèves trouvent un emploi dans le domaine automobile, un secteur où la demande est forte. Il affirme que sa formation n’est absolument pas obligatoire et que ces trois personnes ont signé de leur plein gré.

Questionné sur sa méthode de recrutement, M. Beaulieu rétorque avec une certaine ironie que si un candidat « découvre sur place avec surprise et stupéfaction que c’était une offre de formation plutôt qu’un emploi, qu’est-ce qui l’aurait empêché de quitter sur-le-champ si cette option n’était pas inté

Michel Beaulieu souligne que de nombreux concessionnaires lui ont donné le mandat de trouver des candidats idéaux.

Mais selon une conseillère en orientation, attirer des candidats de cette façon peut mener certains d’entre eux à prendre la mauvaise voie.

« Quand ça fait un certain temps qu’on ne travaille pas, qu’on a le sentiment qu’on n’arrive pas à trouver notre place, c’est sûr que c’est le territoire des mauvaises décisions », explique Monique St-Amand, conseillère au Club de recherche d’emploi Montréal Centre-Ville. Les candidats qui cherchent depuis longtemps « ont envie d’entendre ce discours-là », ce qui les rend vulnérables aux offres.

Des emplois qui n’en sont pas

L’Office de la protection du consommateur (OPC) a reçu 10 plaintes et 6 mises en demeure à propos de Summum. L’OPC lui a fait parvenir un avis d’infraction au printemps dernier.

« C’est un genre d’avertissement avant d’autres étapes plus sévères », nous a dit le porte-parole de l’OPC, Charles Tanguay. « On lui a rappelé […] les dispositions de la loi relatives au fait de prétexter un motif pour solliciter une vente, ce qui est interdit, mais également de passer sous silence un fait important. Donc, il s’agit essentiellement de pratiques susceptibles d’induire le consommateur en erreur et qui sont évidemment interdites. On lui a rappelé tout ça. »

Michel Beaulieu reconnaît d’ailleurs qu’il a changé ses pratiques. « Depuis 2017, tous les candidats qui ne répondent pas aux critères relatifs à l’expérience sont avisés dès la première minute du premier contact téléphonique […] c’est transparent, empathique et fort apprécié de tous! », nous écrit-il.

Plusieurs autres écoles

Selon nos recherches, d’autres écoles se sont servies de la même méthode pour attirer des candidats dans leurs locaux.

L’OPC a reçu des plaintes contre Pro-Spec Vente et Zone Expert Service.

Pro-Spec Vente n’a pas voulu commenter. Le président de Zone Expert Service, Jocelyn David, a affirmé en entrevue qu’il ignorait que des plaintes avaient été déposées contre son école.

Les deux écoles maintiennent que leurs offres correspondent à de vrais emplois, dans la mesure où le candidat a assez d’expérience. Sinon, on lui offre d’acheter de la formation.

En entrevue, le président de Zone Expert Service a déclaré à ce sujet : « Lorsqu’on parle au téléphone avec cette personne-là, on va lui poser quelques questions […] : “Est-ce que vous avez de l’expérience? Est-ce que vous avez déjà travaillé, par exemple, dans un milieu de l’automobile?” Si la personne, déjà, répond non, nous, on est en mesure de lui dire : “Est-ce que vous avez déjà eu l’occasion de suivre, par exemple, une formation? […] À partir du moment où la personne, on la rencontre, c’est cartes sur table, on la rencontre dans un concessionnaire automobile, […] qui est un employeur, et on explique à la personne bien clairement dès le début de l’entrevue : “Voici qui nous sommes et voici qui est le concessionnaire et voici qu’est-ce qu’on peut faire pour vous” », explique Jocelyn David, président de Zone Expert Service.

Une autre école privée, le Centre de formation automobile du Québec, a été reconnue coupable cet été d’avoir passé sous silence un fait important se rapportant à des contrats en 2009. Une administratrice a été condamnée à payer une amende de 8410 $. L’école a mentionné que cette administratrice n’est plus à son emploi depuis 2009.

Emploi-Québec agit

Leurrer des chercheurs d’emploi contrevient aussi aux conditions du service Placement en ligne (PEL) d’Emploi-Québec. Le ministère du Travail (qui chapeaute Emploi-Québec) rappelle qu’une offre « ne doit pas impliquer de frais et qu’une annonce doit représenter une réelle occasion d’emploi. »

Les offres ne doivent pas impliquer que la personne doive engager des frais ou investir de l’argent en vue de la production d’un bien offert par l’employeur ou de la prestation d’un service qu’il fournit.Vincent Breton, Direction des communications au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale

Le ministère assure qu’Emploi-Québec a supprimé « toutes les offres se rapportant à des activités de formation ».

« Si ces compagnies veulent à nouveau afficher des offres, elles devront démontrer que non seulement le texte de l’annonce respecte les règles, mais également que leurs pratiques les respectent », nous a écrit Vincent Breton.

Source : Radio Canada

 

Rubriques : Actualités, Société Mots-clés : 
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.