0

Chute du nombre de logements disponibles dans le Grand Montréal. Pénurie en vue?

Il est devenu plus difficile de se trouver un logement dans le Grand Montréal. Dans son rapport annuel déposé cette semaine, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) indique que le taux d’inoccupation se situait en octobre à 2,8 %, une baisse de plus d’un point de pourcentage par rapport à 2016.

Une diminution aussi marquée n’avait pas été vue depuis le début des années 2000.

La baisse du taux d’inoccupation s’observe non seulement sur l’île de Montréal, mais aussi sur la Rive-Sud, à Laval, dans la couronne nord et même dans la région de Vaudreuil-Soulanges. Et elle survient alors que 4300 logements ont été construits cette année, ce qui est beaucoup plus que d’habitude.

Selon la chef analyste à la SCHL, Geneviève Lapointe, cela s’explique par l’embellie économique que connaît la région, qui retient et attire des immigrants.

« Notamment, une hausse du bilan international, une hausse du nombre d’immigrants venus s’installer dans la région, mais aussi une hausse des résidents non permanents – les étudiants étrangers et les travailleurs temporaires – et possiblement aussi l’arrivée d’un nombre important de réfugiés » ont contribué à cette situation, a indiqué Mme Lapointe.

Pour le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), ces données envoient un signal d’alarme aux élus. Il note que le taux d’inoccupation de Montréal, à 2,8 %, est en deçà du « seuil d’équilibre » de 3 %.

Loyer moyen en hausse

«On s’inquiète d’un retour à une pénurie sévère de logements locatifs. Et on croit que ça devrait nous inciter à rapidement emboîter le pas pour développer davantage de logements sociaux, comme s’y est engagée l’administration de Valérie Plante» déclare Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU

Le prix moyen d’un logement a augmenté de 2,2 %, pour s’établir à 766 $ par mois.

À l’échelle du Québec aussi, le taux d’inoccupation a diminué de façon importante, passant de 4,4 % à 3,4 % entre octobre 2016 et octobre 2017. Mais c’est toujours à Montréal que l’on retrouve le taux le plus faible, une constante historique.

Ailleurs au pays, les plus bas taux d’inoccupation ont été enregistrés à Kelowna (0,2 %), Abbotsford-Mission (0,2 %), Victoria (0,6 %) et Vancouver (0,9 %), en Colombie-Britannique, ainsi qu’à Kingston (0,7 %) et Toronto (1 %) en Ontario. Les loyers mensuels moyens les plus élevés, pour un appartement de deux chambres, ont été enregistrés à Vancouver (1552 $), Toronto (1404 $) et Calgary (1247 $).

Le taux d’inoccupation le plus élevé, à 9,6 %, a été constaté à Saskatoon, en Saskatchewan.

 

Rubriques : Actualités Mots-clés : ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.