0

Projet de commission sur le racisme systémique J.F. Lisée : «Ça n’aidera pas les membres des communautés culturelles à trouver un emploi et un logement»

M. Jean-Francois Lisée

M. Jean-Francois Lisée

Le chef du PQ, Jean-François Lisée, presse le gouvernement de favoriser une action immédiate, plutôt que d’emprunter la voie d’une commission sur le racisme systémique, et appelle les Québécois à appuyer sa démarche par la voie d’une pétition.

Accompagné de plusieurs représentants des communautés culturelles québécoises, M. Lisée a indiqué qu’une telle commission ne servirait qu’à attiser les tensions sans apporter de solution à la problématique.

Il ne faut pas aviver les tensions, il ne faut pas mettre de sel sur les plaies : il faut agir.

« Nous demandons un rassemblement de tous les Québécois, quelles que soient leurs origines, plutôt que de diviser, plutôt que de séparer, plutôt que d’être dans une situation binaire : eux/nous… », a déclaré pour sa part le consultant en insertion socioprofessionnelle Ferid Chikhi.

M. Lisée reconnaît le problème de la discrimination et du racisme envers les membres des communautés culturelles québécoises.

« Ce n’est pas du négationnisme : au contraire, nous reconnaissons cette difficulté », a affirmé le chef de l’opposition officielle, répondant à l’attaque du premier ministre Couillard.

Discrimination à l’emploi

Après 15 ans de gouvernement libéral, c’est vrai que les choses ont empiré pour la diversité québécoise. Il y a plus de chômage pour les Québécois d’adoption et encore plus pour les Québécois d’Afrique du Nord.

« Tout le monde parle de l’emploi, mais personne ne trouve les solutions appropriées », déplore le consultant en insertion socioprofessionnelle Ferid Chikhi. « Plutôt que de chercher les causes de l’incendie, le gouvernement devrait s’employer à l’éteindre », a-t-il dit.

M. Chikhi rejette la notion de racisme systémique à l’emploi, préférant parler de « dysfonctionnement dans les procédures de recrutement ».

« Conçues à une autre époque, les procédures de recrutement ne tiennent pas compte des qualifications des personnes immigrantes, poursuit M. Chikhi. Elles ne tiennent pas compte des expériences des personnes immigrantes, et quand on le fait, c’est sur du papier. »

Le vice-président de la Ligue des Noirs du Québec, le juriste Gabriel Bazzin, abonde en ce sens, estimant que les institutions ont mené suffisamment de consultations sur le sujet sans arriver à des résultats concrets.

« La Commission des droits de la personne a, depuis plus d’un quart de siècle, fait des recherches sur la discrimination systémique et le racisme, a-t-il indiqué. Nous croyons qu’il faut agir, et maintenant. Il y a bien sûr la non-accessibilité à l’emploi et, ce qui est encore plus tragique, la discrimination en cours d’emploi. »

Un projet de loi omnibus réclamé

M. Lisée souligne qu’une commission n’aiderait pas les membres des communautés culturelles à trouver un emploi et un logement. Ce qu’il faut, dit-il, ce sont des mesures concrètes pour favoriser l’intégration les minorités ethnoculturelles.

« On veut juste des actions », a renchéri la vice-présidente de l’Association latino-américaine du Québec, Alexandra Regalado, estimant parler au nom de toutes les « femmes ethnoculturelles » du Québec.

« Nous avons déposé, en février, 20 mesures dont l’application immédiate ferait beaucoup pour l’intégration en emploi et pour lutter contre la discrimination et le racisme  », a poursuivi M. Lisée en déplorant le rejet de cette initiative par le gouvernement.

Le PQ proposait notamment d’imposer des amendes prohibitives aux employeurs qui se livrent à de la discrimination à l’embauche, d’augmenter le nombre de membres des communautés culturelles dans la fonction publique et de favoriser la reconnaissance des diplômes et des expériences de travail obtenus à l’étranger.

«Une commission électoraliste» selon le PQ

M. Lisée accuse le gouvernement de tenir une commission afin de gagner du temps en prévision de l’échéancier électoral de 2018. Le chef du PQ accuse les libéraux de Philippe Couillard de poursuivre la « séquence d’inaction alors que l’action est possible ».

Il estime que la balle est dans le camp du gouvernement, qui a l’occasion de passer à l’action en adoptant un projet de loi omnibus avant la fin de la session parlementaire de juin prochain.

M. Lisée propose au gouvernement d’adopter la série de mesures proposées par son parti pour favoriser l’intégration des immigrants. Il suggère d’y inclure une loi sur les accommodements raisonnables et les symboles religieux qui font consensus à l’Assemblée nationale autour du rapport Bouchard-Taylor.

Il estime que le premier ministre servirait à la fois ses intérêts politiques et le bien commun.

Le chef péquiste a avancé que les politiques libérales des 15 dernières années avaient mené à la présente situation alors que le premier ministre Couillard a ramené le projet de charte des valeurs sur le tapis de l’Assemblée nationale pour discréditer l’opposition.

Le PQ a lancé une pétition pour demander au gouvernement de renoncer à la commission et de privilégier des actions immédiates.

Atlas.Mtl

 

Rubriques : Actualités, Société Mots-clés : ,
© 2002 - 2015 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par AdminPress