Commentaires fermés sur 11 Janvier 1944. L’esprit du manifeste de l’indépendance

11 Janvier 1944. L’esprit du manifeste de l’indépendance

Hakam Hmiddouch

Hakam Hmiddouch

Le 11 janvier 1944 marque un tournant dans l’histoire du Maroc. Les nationalistes unis derrière le sultan Mohamed V signent leur désapprobation du colonialisme et réclament l’indépendance du Maroc dans son intégrité territoriale.

Le soulèvement populaire qui s’en est suivi a anéanti toutes les velléités d’une France coloniale qui pensait réduire un peuple fort de son histoire millénaire et de ses ethnies multiples à un banal découpage administratif visant à séparer les frères et à instaurer l’injustice sociale. Comment un peuple fier et souverain pouvait-il continuer à vivre sous l’occupation alors que sa jeunesse versait son sang en Europe pour sauver le reste de la planète?

La conjoncture internationale marquée par la victoire des forces alliées lors de la seconde guerre mondiale a changé la donne et l’histoire honore encore aujourd’hui les milliers de soldats marocains enrôlés dans les différents régiments de guerre, qui ont défendu vaillamment des valeurs de liberté, de paix et de justice chères aux Marocains.

La lutte d’un Roi et de son peuple se poursuit sans relâche et malgré l’exil de la famille royale en Corse puis à Madagascar par le protectorat; entraînant une vague de résistance à l’occupant qui mena au retour du Sultan Mohamed V et à l’obtention de l’indépendance du Maroc en 1956.

Malgré les complots fomentés depuis l’intérieur avec le soutien de l’étranger, le Marocain est resté et restera fidèle à son Roi et à sa patrie. Les traites de la nation sont entrés dans l’histoire par la petite porte et ils n’ont ébranlé ni la foi, ni la détermination d’un pays et encore moins sa stabilité.

Si 1944 est une année charnière dans l’histoire contemporaine du pays, l’année 2015 trace quant à elle les contours d’un Maroc meilleur, rendu fort par son équilibre social, économique et politique. La dynamique du changement est impulsée, et j’en voudrai pour preuve, le discours de Sa Majesté le Roi Mohamed VI du 6 novembre 2014.

Salué par les analystes et les experts internationaux qui qualifient de phénoménale, la progression du pays sur les plans de la consolidation des acquis démocratiques, de la préservation des droits de l’homme, et de la croissance économique.

Résolument tourné vers ses racines africaines, le Maroc est un «hub» économique, un trait d’union avec le reste des continents et un phare spirituel et religieux qui éclaire les sentiers sombres et obscurantistes de bien des pays voisins. Il n’est pas anodin de constater que pour l’année écoulée, le nombre d’imams africains formés au Maroc a avoisiné le millier, la gestion du champ cultuel est régie par la clairvoyance d’Amir Al Mouminine, Commandeur des Croyants, Sa Majesté le Roi Mohamed VI.

D’aucuns seraient tentés de nous critiquer. Je leur répondrais que nous préférons la critique qui nous construit, que nous connaissons nos faiblesses et que nous nous améliorons. Je leur dirai également au passage, que leurs calomnies ne sont que l’arbre qui cache la forêt et qu’il est bien plus aisé de pointer son voisin que de nettoyer sa propre cour. Si la mémoire flanche, l’histoire est là pour la rafraîchir. L’amnésie sélective est démasquée par le profane en un seul clic…Internet regorge de documents historiques, de discours, d’enregistrements vidéo et audio, autant d’enseignements qui lèvent le voile sur bien des vérités cachées.   

Le Maroc a choisi d’investir dans son peuple afin de générer la richesse. Ce patrimoine immatériel est notre principale ressource. Cette richesse, nous ne la puisons ni dans les réserves de gaz, ni dans les puits de pétrole. Nous jouissons du respect de l’ensemble de nos partenaires stratégiques, pour ce que nous valons et ce que nous sommes capables d’offrir avec notre capital humain. Et ceci, l’argent, tout l’argent du monde ne pourrait l’offrir. La respectabilité ne s’achète pas, elle ne se monnaie pas non plus.   

Et il est de notre devoir, de continuer à défendre notre pays d’origine depuis notre pays d’adoption. Nous ne serons jamais des traîtres, nous sommes des patriotes et nous sommes tous signataires du Manifeste de l’Indépendance et nous refusons aujourd’hui plus que jamais qu’une parcelle de notre terre soit convoitée par quiconque aurait des visées expansionnistes.

Le Marocain, qu’il soit à Smara ou à Tétouan, à Fès ou à Oujda, sera toujours fier de son appartenance, riche de ses multiples ethnies et fort par la stabilité et la prospérité de son pays et par la bienveillance de son Roi.

Par Hakam Hmiddouch

Rubriques : Actualités, Société Mots-clés : , , , , , ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.