Commentaires fermés sur Opération «Dialogue Social» sur la Rigueur budgétaire et la révision des programmes. Les programmes sociaux sont les plus mis en cause…

Opération «Dialogue Social» sur la Rigueur budgétaire et la révision des programmes. Les programmes sociaux sont les plus mis en cause…

Martin-Coiteux,  président du Conseil du Trésor. Québec

Martin-Coiteux, président du Conseil du Trésor. Québec

À en croire les commentaires recueillis par le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, sur son forum de consultation en ligne sur la révision des programmes, nommé « dialogue social », l’équilibre budgétaire du Québec pourrait être atteint en fermant les commissions scolaires, en mettant les fonctionnaires au régime sec, en abolissant les garderies à 7 $ ou en modifiant le programme par exemple en instaurant une modulation selon le revenu ou encore en pénalisant les bénéficiaires de l’aide sociale aptes au travail, par exemple.

Le forum, qui a reçu plus de 3300 messages après deux jours d’opération, semble servir d’exutoire, constatent des experts, qui avertissent des limites d’un tel exercice. « On dit qu’on veut rejoindre les citoyens directement, mais ce n’est pas représentatif », dit Geneviève Tellier, professeure à la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa et spécialiste des mécanismes de consultation publique.

Les citoyens à qui on demande quels programmes ont perdu leur pertinence tirent un peu dans tous les sens, même si des tendances se dessinent.

En éducation, l’abolition des commissions scolaires est une suggestion très populaire. D’autres vont aussi loin que de proposer la fermeture de l’UQAM ainsi que des cégeps.

Les garderies à 7 $ sont dans la mire de nombreux commentateurs. « Le prix devrait être en fonction du revenu familial et non pas uniforme sans égard au revenu », dit un citoyen, idée reprise par beaucoup d’autres. Les congés parentaux sont aussi accusés d’être trop généreux.

Les HLM, l’aide sociale et l’aide juridique sont d’autres programmes sociaux taxés de dépassés à plusieurs reprises.

Nombreux sont également ceux qui en appellent à un allégement de l’appareil étatique. La diminution du nombre d’élus tant au niveau provincial que municipal suscite une certaine adhésion. Plusieurs évoquent les salaires considérés trop élevés des élus et des hauts fonctionnaires.

En santé, le programme de procréation médicalement assistée arrive en tête de liste des mentions de services à éliminer.

Mais tous ne proposent pas des coupes dans les programmes sociaux. « Couper les programmes [pour décréter] une baisse d’impôts [puis des] coupures de programmes et une autre baisse d’impôts, est un cycle dont le gouvernement doit se sortir », dit un citoyen.

La taxation des grandes entreprises afin d’investir dans la « justice sociale » est une idée qui semble fédérer un certain nombre de commentateurs.

D’autres souhaitent plutôt, et dans l’enthousiasme, « bonnes coupures » au gouvernement !

Un inquiétant mélange de genres

La professeure Geneviève Tellier croit qu’on assiste à un « mélange des genres » inquiétant. « Ce qui me surprend, c’est qu’on s’attaque à un problème de gestion, et on demande aux citoyens de gérer à la place des gestionnaires. Ils n’ont pas toute l’information en main ! »

Selon elle, c’est un « exercice de légitimité ». « Ils veulent nous entendre dire qu’il faut couper dans les services. »

Le spécialiste des relations publiques Bernard Dagenais abonde dans le même sens. « Ce n’est pas le propre de ce gouvernement. La consultation comme les sondages sont de tout temps et de tous les partis, des stratégies de communication, jamais des recherches de compréhension des enjeux et encore moins des recherches de solutions », dit le professeur à l’Université Laval.

Pourquoi mener une telle consultation ? Pour mettre les priorités du gouvernement à l’agenda, explique-t-il. « L’acteur met la table pour qu’on parle d’abord et avant tout du problème qui le préoccupe. C’est lui qui définit le problème. Ce faisant, il prépare le public à rechercher une solution. C’est déjà 50 % du travail de séduction réalisé. » Deuxième étape : faire ressortir les solutions que le gouvernement privilégie, en affirmant « qu’on ne peut pas plaire à tout le monde » pour rejeter les autres.

Ce genre de consultations, qui emprunte dans le style aux réseaux sociaux, sera de plus en plus populaire, croit Bernard Motulsky. « La consultation de Bernard Drainville sur la charte des valeurs en était le premier exemple où on s’en servait comme un outil de démonstration de l’opinion populaire », observe le titulaire de la Chaire de relations publiques et de communication marketing.

S’il convient que l’outil devient rapidement un exutoire, comme un gros « pot à suggestions », il n’en rejette pas d’emblée l’utilité. « Comme sur les médias sociaux, on voit des opinions excessives. Mais ça donne quand même une bonne idée de l’humeur générale », dit-il.

« C’est une vague qu’on ne pourra pas arrêter. Comme on faisait dire n’importe quoi aux sondages et que nous avons appris à les encadrer et à les interpréter plus intelligemment, l’art de la consultation en ligne va se raffiner aussi. On ne peut pas dire que ces consultations ne valent rien, mais il faut en prendre les résultats avec précaution. Surtout que, comme une ligne ouverte, ça peut se “paqueter” ! » À droite comme à gauche.

L’attachée de presse de Martin Coiteux indique que l’engouement pour la consultation a entraîné un délai de traitement des messages, qui sont tous relus avant d’être rendus publics afin d’éviter, par exemple, la diffusion de propos racistes. Les citoyens ont aussi la possibilité de garder secrets leurs commentaires. « Nous avons demandé à ce que le délai de traitement soit accéléré », indique Marie-Ève Labranche, ajoutant que des synthèses des suggestions recueillies seront rendues publiques.

Atlas.Mtl 237

Rubriques : Actualités, Économie, Société Mots-clés : , ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.