Commentaires fermés sur Naima Rharouity aurait reçu des menaces de mort selon son mari

Naima Rharouity aurait reçu des menaces de mort selon son mari

Naima Rharouity aurait reçu des menaces de mort selon son mari“Je n’ai pas le droit à l’existence tant que la vérité sur la mort de ma femme n’a pas éclaté. Ma femme ne va pas mourir deux fois,” tels sont les propos de M. El hanana Cherkaoui sur la disparition de sa femme Naima Rharouity décédée tragiquement dans la matinée du 30 janvier, dans l’escalator du métro à la station Fabre.

Pendant que le Québec attend le résultat de l’enquête, le mari accablé est rentré au Maroc avec ses enfants pour pouvoir mieux vivre son immense chagrin parmi ses proches. Il n’a guère cessé de ruminer une douleur intense qui ne sera apaisée selon lui que par l’élucidation de cette tragédie.

Les éléments apportés par la police Montréalaise et le coroner n’ont pas satisfait les attentes de l’entourage de la défunte à cause des interprétations contradictoires et vagues données par les responsables de l’enquête. M. Cherkaoui affirme qu’il a la pleine conviction que ce qui est réellement arrivé le jour de l’accident est certainement dissimulé. Il rajoute que sa femme l’a informé maintes fois avoir reçu des menaces de mort en revenant des associations ou lors de ses courses a Sposito, rue Jean Talon, mais elle ne les a jamais prises au sérieux.

Notons que M. Cherkaoui s’est rappellé aussi qu’elle se plaignait souvent d’un voisin qui l’épiait et surveillait ses va et vient par le balcon de sa demeure .

Après cette tragédie, le coroner a accordé à son mari une audience dans son bureau en présence de deux enquêteurs. Avant de se rendre au bureau, il s’est rendu à la morgue et selon lui, c’était la catastrophe. Les blessures qui se trouvaient sur le corps de la victime n’avaient rien de l’accident décrit par les medias. Il n’y avait aucun signe d’étranglement.

Par contre, il y avait une trace de coup sur son œil droit. Il a surtout remarqué une grande plaie ronde à l’arrière de la tête de la défunte avec des cicatrices longeant également l’arrière de son crâne. De celà, il n’y a qu’une seule conclusion plausible pour le mari désespéré : la victime a été soit assommée, soit poussée violemment en arrière.

M. El Hanana a reçu deux rapports validés par le coroner : Un rapport pris officieusement qui dit que la cause de la mort est un traumatisme cranien cérébral, un deuxième rapport officiel citant un polytraumatisme qui maintient un traumatisme cérébral avec étranglement.

Finalement, M. El Hanana se demande comment un traumatisme crânien de la région occipitale aurait pu se produire en descendant un escalier présentant une pente de plus de 45 degrés, si en cas de chute, le centre de gravité est orienté en avant selon la loi physique. Aussi, il aimerait savoir pourquoi les enquêteurs n’ont pas restitué les habits de la victime (manteau et hijab).

Est-ce pour un complément d’enquête ou ont-ils d’autres pistes que l’accident ? Il demande par conséquent aux autorités canadiennes de faire toute la lumière sur cette affaire tout en remerciant tous ceux qui l’ont soutenu de près ou de loin dans ce drame familial.

Par norayata

 

Rubriques : Actualités, Justice Mots-clés : ,