Commentaires fermés sur STÉPHANE MORAILLE, CANDIDATE DU NPD POUR BOURASSA «Je veux donner une voix forte aux gens de Bourassa»

STÉPHANE MORAILLE, CANDIDATE DU NPD POUR BOURASSA «Je veux donner une voix forte aux gens de Bourassa»

STÉPHANE-MORAILLE,-CANDIDATE-DU-NPD-POUR-BOURASSA--«Je-veux-donner-une-voix-forte-aux-gens-de-Bourassa»Pour partir à la conquête de la Mairie de Montréal, Denis Coderre a quitté ses fonctions, qu’il a occupées pendant 16 ans, de représentant des électeurs de Bourassa au Parlement fédéral.

Ce départ à entrainé une élection partielle dans ce comté dont le scrutin aura lieu le 25 N0vembre 2013. Cinq candidats représentant les cinq partis fédéraux seront en lice et parmi eux, Stéphane Moraille, avocate qui œuvre depuis le mois d’octobre 2006 au sein du cabinet Lussier & Khouzan, spécialisé dans le droit des arts et des communications. Elle a aussi été la chanteuse du groupe Bran Van 3000. À ce titre, elle a reçu plusieurs prix dans le passé, dont un Juno pour le disque Glee, sacré meilleur album alternatif de l’année en 1998 au Canada. Elle y interprétait notamment le titre à succès Drinking in L.A.

Stéphane Moraille, qui mène campagne sous les couleurs du Nouveau Parti Démocratique (NPD), armée d’une vaste connaissance des réalités du comté, compte réussir son entrée en politique avec la même énergie dont elle a fait preuve pour mener ses carrières artistique et juridique. Elle s’est ouverte de ses objectifs et de ses convictions à notre journal dans l’entretien suivant.

Question : Bonjour Stéphane. Merci infiniment d’avoir pris le temps de vous asseoir avec nous aujourd’hui. 

Stéphane Moraille: Bien sûr! Merci pour l’invitation!

D’abord, pourriez-vous nous parler un peu de vous?

Certainement. J’ai commencé ma vie ici au Canada à 17 ans, lorsque j’ai quitté Haïti pour améliorer mon sort. Avec beaucoup de travail et un peu de chance, j’ai eu un très grand succès au Canada et à l’international en tant que chanteuse pour le groupe montréalais Bran Van 3000.

Alors que ma carrière artistique prenait son envol, j’ai quand même terminé mes études en droit. Je suis devenu membre du Barreau du Québec en 2001 et je pratique encore comme avocate spécialisée en droit des médias.

Cependant, ma carrière professionnelle n’est qu’un aspect de qui je suis réellement. Je suis aussi une mère de famille et pour vous dire honnêtement, être mère, c’est probablement mon plus grand accomplissement! (rire)

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer en politique fédérale?

En regardant autour de moi, j’ai réalisé à quel point plusieurs de mes concitoyens se sentaient délaissés par ceux qui disent défendre leurs intérêts. J’ai pris la décision de m’engager auprès de ma communauté parce que je veux donner une voix forte aux gens de Bourassa, à tous ceux et celles qui en ont assez de devoir choisir entre la corruption libérale et la corruption conservatrice. J’ai choisi le NPD parce que c’est le seul parti qui place les gens au cœur de son action politique.

En ce moment, il y a des élections municipales à Montréal, comment se fait-il qu’il faille voter au fédéral?

En juin de cette année, le libéral Denis Coderre a décidé de démissionner de son poste de député fédéral pour Bourassa pour tenter sa chance à la mairie de Montréal. Le poste est donc vacant et c’est pour cette raison qu’il y a une élection «partielle» dans la circonscription, qui regroupe Montréal-Nord et une partie de Rivière-des-Prairies et Ahuntsic.

Mais c’est vrai que ça fait beaucoup de pancartes électorales dans les rues! (rire)

Quel est votre avis sur la situation de l’emploi au Québec et au Canada?

J’ai l’impression que les salaires des familles stagnent, mais que la vie coûte toujours plus cher! Et ce n’est pas juste moi qui le pense : les gens de Bourassa m’en parlent constamment. Avec la crise, les gens sont inquiets de perdre leur emploi. Peu importe où on va, que ce soit à la station-service ou à la banque, on se fait arnaquer. Et 42% des Canadiens vivent d’un chèque de paie à l’autre et le budget des familles est extrêmement serré.

Mais au lieu de mettre des mesures en place pour rendre la vie plus abordable, les conservateurs de Stephen Harper empirent les choses. Ils augmentent les tarifs sur toute sorte de biens qui sont utiles aux familles, comme les couches de bébé, mais continuent de donner des cadeaux fiscaux aux grandes entreprises pétrolières.

On ne peut pas faire confiance aux libéraux non plus. Ils ont aboli le salaire minimum fédéral, mis fin au programme de logements abordables et transféré les coûts aux provinces. Ce que je propose, c’est d’alléger le fardeau des familles qui travaillent d’arrache-pied.

Et comment comptez-vous encourager la création d’emplois?

Je pars du constat selon lequel le chômage, notamment chez les jeunes, est beaucoup trop élevé. Les jeunes sont plus éduqués que jamais, mais ils ont encore de la difficulté à trouver quelque chose qui correspond à leur expertise. Un gouvernement du NPD mettrait en place un crédit d’impôt allant jusqu’à 2000$ pour toute PME qui engage une personne âgée de 18 à 25 ans.

Vous dites qu’on ne peut pas faire confiance aux libéraux. Pourquoi?

Celui qui porte les couleurs du parti libéral, Emmanuel Dubourg, est dans la course parce qu’il a abandonné ses électeurs de Viau qui l’avaient élu à l’Assemblée nationale il y a à peine un an. Il a accepté un parachute doré de 100 000$…. pour avoir démissionné. Qu’on me comprenne bien, ce 100 000$ sert aux personnes qui quittent la vie politique pour leur donner le temps de se trouver un autre emploi. Dans ce cas-ci, c’est un 100 000$ simplement pour faire le saut du provincial au fédéral. S’il avait un minimum d’intégrité, il rembourserait cet argent aux contribuables québécois. C’est de la vieille politique ça, et les gens de Bourassa méritent mieux.

Que pensez-vous de la Charte des valeurs québécoises?

Au NPD, nous avons toujours défendu les droits de la personne, notamment ceux des minorités, et nous n’allons pas changer d’idée maintenant! C’est aussi mon avis : la Charte crée une discrimination fondée sur la religion et je ne pourrai jamais accepter ça. Ce n’est pas en excluant des gens des emplois de la fonction publique que nous allons intégrer harmonieusement les immigrants qui viennent ici au Québec dans l’espoir d’avoir une vie meilleure.

Et qu’est-ce que vous proposez, vous, en matière d’immigration?

Depuis que les conservateurs sont au pouvoir, il est devenu presque impossible de réunir une famille au Canada. Plutôt que de mettre les ressources nécessaires pour traiter les demandes, 5000 dossiers seulement sont désormais acceptés par année. C’est trop peu, et celles qui sont acceptées prennent des années à se concrétiser. Le NPD propose d’en faire davantage pour accélérer le processus.

Dernière question, Mme Moraille, que comptez-vous faire pour mettre fin au cynisme des électeurs face à la politique?

J’en ai assez des politiciens qui travaillent pour eux plutôt que pour la population, qui placent leur plan de carrière avant les intérêts de leurs propres citoyens. Je pense que nous méritons mieux et que nous pouvons faire mieux. Mais il faut prendre notre destin en main et aller voter à l’élection partielle le 25 novembre prochain!

Atlas.Mtl

 

Rubriques : Actualités, Entretiens Mots-clés : ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.