Commentaires fermés sur Le Forum des compétences marocaines résidant au Canada, en soutien au mouvement entrepreneurial au sein de la communauté marocaine au Canada

Le Forum des compétences marocaines résidant au Canada, en soutien au mouvement entrepreneurial au sein de la communauté marocaine au Canada

Le Forum des compétences marocaines résidant au Canada, en soutien au mouvement entrepreneurial au sein de la communauté marocaine au Canada

Photos de l’évenement

Samedi 23 novembre 2013, le Forum des compétences marocaines résidant au Canada (FCMRC) a  organisé une conférence à Dar Al-Maghrib  autour de la question du soutien du mouvement entrepreneurial au sein de la communauté marocaine au Canada.Cette rencontre a été initiée en partenariat avec les organisateurs de la Semaine mondiale de l’entrepreneuriat, événement planétaire, qui se tient entre le 18 et le 25 novembre 2013.

Lancée depuis 2008, la Semaine mondiale de l’entrepreneuriat (Global Entrepreneurship Week) , célébrée dans plus de 150 pays à travers le monde  ,est le plus grand rassemblement du monde des innovateurs et créateurs d’emplois qui lancent des startups et transforment des idées en  projets  viables.

De par sa mission, le FCMRC lance une série d’initiatives destinées à permettre aux membres de la communauté d’accéder à l’information  et aux ressources utiles à la réalisation de leurs projets.

Effectivement,  les 4 axes d’orientation stratégique préconisés par le Forum pour son mandat actuel  reposent sur : le recrutement de nouveaux membres, le partenariat, la formation –recherche & développement et ,en fin, l’entrepreneuriat

Et c’est dans ce dernier vecteur que s’inscrit la rencontre du 23 novembre.

L’ambassadeur du Maroc au Canada, Mme Nouzha Chekrouni, a ouvert les travaux et a mis en exergue l’importance du thème de cette rencontre. Elle affirmé que l’entrepreneuriat est “créateur de valeur ajoutée et une source de richesse pour la société”, soulignant l’importance d’accompagner les jeunes entrepreneurs immigrants et de mieux les outiller afin de “maximaliser leur potentiel” et les aider à atteindre leurs objectifs, réduisant ainsi le risque d’échec.

Mme Chekrouni , qui a indiqué que certains entrepreneurs immigrants se lancent dans l’entreprise par choix alors que d’autres se trouvent forcés de le faire suite aux difficultés d’intégration rencontrées dans le pays d’accueil, a estimé que le FCMRC peut jouer un rôle important en dédiant une structure pour le partage d’expériences et l’accompagnement des futurs entrepreneurs et porteurs de projets dans la réalisation de leurs objectifs.

Évoquant la question cruciale du financement, la diplomate marocaine a recommandé de négocier un partenariat avec un organisme financier pour faciliter l’accès aux financements et de faire appel à l’expertise dans chacune des étapes de la réalisation et de la croissance des entreprises.

Elle a en outre plaidé pour l’organisation de manifestations régulières qui offriraient l’occasion de bâtir des réseaux de contacts et d’échange d’expertise, l’encouragement de l’entrepreneuriat jeunesse et féminin pour stimuler l’emploi et la croissance économique et médiatiser les success-stories en les érigeant comme exemples.

Le lancement de Startup week-end , par le FCMRC, répondrait, entre autres, à ces besoins.

De son côté, M. Davender Gupta, coach en chef à Startup Académie, a affirmé que les startups peuvent être un moyen de soutien de l’entrepreneuriat au sein de la communauté marocaine au Canada face à l’évolution permanente de l’économie, des règles et attentes du marché et des exigences des consommateurs.

Ces startups se caractérisent par l’innovation en matière d’offres, de stratégies et de modes de fonctionnement et de solutions apportées aux problèmes que connaissent les marchés visés, a indiqué M. Gupta, relevant que cette innovation entrepreneuriale constitue un générateur de valeur ajoutée dans les pays d’accueils.

Il a, en outre, souligné que l’entrepreneur, pour réussir, doit créer un positionnement unique qui le distingue de tous les autres pour devenir la référence de choix dans le domaine ciblé et faire aussi preuve de créativité dans la définition de sa stratégie, d’où l’importance de se faire conseiller par des professionnels, ajoutant que le porteur de projet doit toujours être disposé à faire face aux risques et aux incertitudes et de réagir à temps face aux difficultés inéluctables auxquelles il sera confronté.

Selon lui, le monde d’aujourd’hui a besoin d’entrepreneurs qui visent de grandes opportunités, qui veulent bâtir des entreprises créant des produits et des services innovateurs de grande valeur et générateurs de richesses, exportés hors de leur région et attirant des flux de revenus et d’investissement.

Par ailleurs, M.Ahmed Benbouzid, directeur Innovation sociale et diversité à la Conférence régionale des élus (Cré) de Montréal, sur une initiative innovante au bénéfice de l’entrepreneuriat immigrant, baptisée “Entreprendre Ici”, qui vise à faciliter les démarches à suivre par les entrepreneurs issus de l’immigration, en leur offrant une gamme de services qui contribuent non seulement à favoriser le développement de l’entrepreneuriat immigrant, mais surtout à promouvoir de nouvelles pratiques permettant d’offrir une prise en charge intégrée des besoins de ces porteurs de projets.

Lancée récemment par la Cré de Montréal et le ministère québécois de l’Immigration et des Communautés culturelles, l’initiative “Entreprendre Ici” se veut aussi un apport concret aux personnes immigrantes qui désirent lancer leurs propres projets d’affaires et faire bénéficier leur pays d’accueil de leurs compétences et de leur savoir-faire à même de contribuer à l’essor économique de la métropole et du Québec en général et à leur rayonnement dans le monde, a-t-il souligné.

M. Benbouzid a aussi affirmé que pour assurer un meilleur montage du dossier de création de sa propre entreprise ou startup sur le plan financier, les entrepreneurs issus de l’immigration sont invités à faire appel à l’aide de conseillers ou professionnels qui vont les accompagner et guider leurs pas afin de concrétiser leurs idées et réaliser leur “rêve canadien”. Cette rencontre a été aussi marquée par la présentation de success-stories de Marocains ayant réussi à créer leurs propres entreprises et à se frayer un chemin dans le rude domaine des affaires au Canada, en mettant l’accent sur les facteurs clés de leur réussite dans le domaine de l’entrepreneuriat dans leur société d’accueil.(Extraits du communiqué de la MAP).

L’assistance a par ailleurs, pris connaissance du parcours de 3 Marocains, ayant réussi en se lançant dans l’entrepreneuriat.

Il s’agit de Monsieur Brahim Bekkasse, Fondateur de la compagnie Creatis , qui a rappelé son parcours semé d’embûches , à défaut de coaching et de financement. La réussite de son projet aujourd’hui est le fruit de son dur labeur, sa détermination et gestion réalise de la croissance de sa compagnie.

Par ailleurs, Dr Hassan Kassi ,Directeur Général du groupe 3SP,a fait une rétrospective détaillée de son parcours professionnel , sur 20 ans, depuis qu’il a fondé sa création de sa compagnie Scientech R & D, qui livrait des solutions clés en main en matière de conseils et de services de R & D pour les entreprises de haute technologie dans différentes ‘industries. Les choix stratégiques de M.Kassi, se manifestent à travers ses choix judicieux pour chercher des alliances stratégiques avec des compagnies de haute technologie, à vocation complémentaires, la capitalisation continue, autour ou remise en cause responsable  suite à certains échecs ,la mondialisation des activités  et une gestion performante de la croissance .Les facteurs clé de succès selon lui sont : la forte tolérance aux risques, l’humilité, une organisation centrée sur le client, le choix de collaborateurs performants et la passion.

De son côté, Mme Bahija Soussi a partagé avec les présents son expérience de reconversion professionnelle, cédant son statut de professeur d’économie au profit de sa passion pour le cinéma, notamment, en tant que jeune cinéaste. Une histoire de passion, semée d’embûches, dans une industrie cinématographique nécessitant de gros capitaux. Elle exposé les facettes de son projet de film, porteur de messages de tolérance et d’histoires d’intégration au Canada. Elle a enfin défendu ses choix et les options préconisées pour drainer les financements et le soutien des professionnels du septième art au Canada.

À la clôture, les responsables du Forum des compétences marocaines résidant au Canada  ont donné rendez-vous aux conférenciers et participants pour une prochaine rencontre dont l’objectif est de faire la synthèse des principales recommandations, de revenir sur le sujet de la reconversion entrepreneurial, avec la participation de Dr Allali et surtout, de lancer le projet pilote de startup week-end.

Said Chayane, Responsable des communications

Forum des compétences marocaines résidant au Canada

 

Rubriques : Actualités, Économie Mots-clés : 
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.