Commentaires fermés sur Max Mahi Candidat à la Mairie de Lorraine «Ramener l’intégrité et réinstaurer l’imputabilité»

Max Mahi Candidat à la Mairie de Lorraine «Ramener l’intégrité et réinstaurer l’imputabilité»

Max Mahi  Candidat à la Mairie de Lorraine

Max Mahi Candidat à la Mairie de Lorraine

Il avait été défait par l’équipe de Boniface Dalle‑Vedove, en 2005, mais Max Mahi sera de retour à l’élection du 3 novembre afin, dit‑il, de ramener l’intégrité à Lorraine et réinstaurer l’imputabilité envers les firmes fautives.

Sans équipe, le politicologue de formation, qui est aussi directeur de SCMM Canada International, revient à la charge pour briguer la mairie, en prenant la regrettée mairesse Boucher pour exemple alors qu’il entend «rétablir un leadership rassembleur à Lorraine».

Sollicité par les citoyens de sa ville, Max Mahi projette notamment de combattre la collusion, tout en établissant un fonds d’indemnisation avec un pourcentage sur les contrats de firmes fautives depuis 1997.

Il exultait par ailleurs à entendre le témoin Roger Desbois, de la firme de génie-conseil Tecsult, venir déclarer avoir remis la somme de 22 000 $ à Boniface Dalle‑Vedove, en 2005 et 2009, une pratique que lui‑même avait décriée bien avant la commission Charbonneau et qui lui avait valu des poursuites judiciaires sans lendemain.

«C’est fini l’absence d’imputabilité; ce sera la loi du retour», proclame celui qui revient en politique active avec la même énergie, après avoir été écarté de l’arène par le Directeur général des élections, un détail technique pour avoir lui‑même signé un chèque afin de payer ses gens, mais sans l’avoir fait passer par son agent de campagne.

Et il entend questionner le maire Ramez Ayoub, qui fut autrefois de l’équipe Dalle‑Vedove, sur le mur antibruit qui stagne en cours et surtout les surplus budgétaires qu’il voit plutôt comme des déficits.

Et notre homme propose même une fusion entre Lorraine et Rosemère qui partagent les mêmes services de police, d’incendie et d’eau potable. Alors, pourquoi ne pas y ajouter les loisirs et les sports qui se recoupent souvent à travers les associations?

Son intention n’est pas encore officialisée, mais Max Mahi évalue à 50/50 les probabilités qu’il revienne avec une équipe complète pour briguer les six sièges de conseillers, en plus de celui de maire de Lorraine qu’il convoite à nouveau. «Et ce ne sera pas une campagne reposante», termine‑t‑il.

Le changement selon Max

Le candidat à la mairie de Lorraine, Max Mahi, propose des mesures afin de rétablir la confiance du public envers les élus municipaux, en demandant l’appui du gouvernement et de l’Union des municipalités du Québec.

Il propose sept changements en politique municipale, dont le financement public à 100 % pour éviter les systèmes dénoncés devant la Commission Charbonneau, en rappelant que déjà 50 % des dépenses sont remboursées, l’instauration d’un plafond de dépenses électorales et des limites de la publicité en campagne électorale (réduction des coûts et de la pollution environnementale), l’interdiction de partis politiques au niveau municipal afin de mieux assurer la représentation de la population plutôt que la ligne du parti, la diffusion obligatoire des séances publiques et des caucus des élus sur le web, la limitation à deux mandats pour les maires et les conseillers, et des mécanismes de destitution des élus pour des manquements et des condamnations graves.

Sur des sujets plus locaux, le candidat indépendant approuve le projet de réaménagement de la Place Lorraine. «C’est un investissement dont la Ville a besoin, aux endroits où de tels projets ont été faits, les retombées ont été positives pour la collectivité. Lorraine n’a pas de sources de revenus supplémentaires et le développement de ce site commercial, dans le respect de l’environnement, sera bénéfique», a commenté Max Mahi.

Dans cette perspective économique, Max Mahi souhaite la fusion des villes de Lorraine et de Rosemère. «Nous avons déjà beaucoup de services en commun, la police, la sécurité incendie, l’eau potable, etc. On ne peut plus vivre tout seul, si les gens de Rosemère refusent, j’irai voir d’autres villes voisines, Bois-des-Filion, etc. », a déclaré le candidat.

Max Mahi veut également imposer un gel des taxes pour la durée de son mandat, et installer des caméras de surveillance sur le territoire. «La limite de vitesse serait à 40 km, et être respectée à cause de la présence caméras de surveillance», propose-t-il.

Atlas.Mtl

 

Rubriques : Actualités, Portraits Mots-clés : ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.