Commentaires fermés sur Les médecins formés à l’étranger toujours victimes de discrimination

Les médecins formés à l’étranger toujours victimes de discrimination

Les médecins formés à l'étranger toujours victimes de discriminationLa Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse s’inquiète du fait que les facultés de médecine du Québec continuent de refuser aux médecins formés à l’étranger l’accès à la résidence, même lorsque ceux-ci réussissent le stage de mise à niveau offert par le Centre d’évaluation des diplômés internationaux en santé (CÉDIS).

En effet, seulement huit des 16 candidats qui ont réussi le stage du CÉDIS ont obtenu une place dans une faculté de médecine cette année, alors que les quatre facultés de médecine ont laissé 74 postes vacants, dont 42 en médecine familiale, une discipline pourtant jugée prioritaire alors que le Québec connaît toujours une pénurie d’omnipraticiens.

Dans une lettre adressée le 5 août 2013, au ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, le Dr Réjean Hébert, le président de la Commission, monsieur Gaétan Cousineau, précise « qu’un certain nombre de préjugés et d’attitudes défavorables à l’égard des médecins formés à l’étranger persistent dans les facultés de médecine québécoises reproduisant ainsi le cercle vicieux de la discrimination systémique dont sont victimes ces médecins ».

La Commission presse le ministre d’intervenir auprès des facultés de médecine afin qu’elles reconnaissent la valeur du processus d’évaluation et d’orientation développé par le CÉDIS et qu’elles garantissent une place pour les candidats qui réussissent le stage de mise à niveau, comme c’est le cas en Ontario et en Colombie-Britannique.

Au mois de novembre 2010, la Commission avait rendu public les conclusions d’une vaste enquête systémique qui a démontré qu’à toutes les étapes du processus de sélection, les médecins formés à l’étranger rencontrent des obstacles qui les désavantagent de façon disproportionnée et qui contribuent à leur exclusion des quatre facultés de médecine du Québec. La Commission avait notamment recommandé la mise en place de mesures et de programmes visant une meilleure intégration de ces médecins au système menant à l’obtention du permis d’exercice.

Dans la foulée de son enquête systémique, la Commission a engagé le dialogue avec les principaux intervenants, dont le Collège des médecins du Québec (CMQ), la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CRÉPUQ), le MSSS et les responsables du CÉDIS afin de contribuer activement à la recherche de solutions pour mettre fin à la discrimination à l’égard des médecins formés à l’étranger.

Dans sa lettre au ministre, monsieur Cousineau rappelle que la Commission avait accueilli avec enthousiasme la décision du MSSS de mettre en place le CÉDIS qui, depuis 2011, a permis de prodiguer une formation de qualité à plusieurs candidats formés à l’étranger dont le dossier avait été rejeté par les facultés de médecine québécoises, mais dont le potentiel de réussite s’était avéré important à la suite de l’évaluation. En 2012, neuf des 12 candidats ayant réussi le stage avaient obtenu une place en résidence mais en 2013 seulement la moitié des candidats ont été retenus.

« Cette formation aurait dû permettre aux candidats qui l’ont suivi et réussi de répondre aux exigences des facultés de médecine et, théoriquement, de lever les appréhensions de ces dernières à leur égard. La réalité que nous observons actuellement est cependant totalement autre », explique le président de la Commission en soulignant que les facultés de médecine semblent questionner la valeur du programme et boudent une part importante des candidats qui réussissent ce stage.

La Commission évalue à plus de 300 le nombre de places laissées vacantes depuis quatre ans dans les facultés de médecine, la plupart en médecine familiale, ce qui est difficilement concevable d’autant plus que ces places sont financées à même les deniers publics, tout comme le CÉDIS, dont le budget dépasse 2 millions $ cette année.

La Commission a demandé une rencontre avec le ministre Hébert afin d’explorer avec lui les pistes de solutions pour permettre aux médecins formés à l’étranger d’exercer leur droit à l’égalité sans discrimination.

SOURCE : Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse

MONTRÉAL, le 14 août 2013

 

Rubriques : Actualités, Immigration Mots-clés : ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.