0

Expulsions: Des renvois coûteux

L'imam Saïd Jaziri

OTTAWA – À eux seuls, les renvois du Canada de l’ex-imam montréalais controversé Saïd Jaziri et du Rwandais Léon Mugesera ont coûté aux contribuables une somme totalisant près de 300 000 $.

Des documents, dont le Journal de Québec a obtenu copie en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, révèlent que ces derniers ont eu droit à un traitement royal, lors de leur déportation vers leur pays natal respectif.

L’ex-imam d’origine tunisienne déporté du Canada à l’automne 2007 a voyagé à bord d’un vol privé supervisé par quatre agents des services frontaliers. Le coût total de l’opération: 93 583 $.

Plus tôt cette semaine, le Journal de Québecrapportait que le Canada avait renvoyé M. Jaziri à la torture en l’expulsant vers son pays natal. Dans une entrevue, l’homme de 44 ans avait brandi deux rapports médicaux américains bien étoffés, affirmant avoir été torturé par la police tunisienne de l’ex-président Zine Ben Ali, entre 2008 et 2010. L’ex-iman disait souhaiter pouvoir revenir à Montréal, où vit encore son fils, Mohamed.

Les documents obtenus par le Journal de Québecindiquent aussi que la déportation de Léon Mugesera, le 23 janvier, a coûté 184 671 $. Ce dernier a été expulsé au Rwanda également à bord d’un avion nolisé en compagnie d’un infirmier et de trois agents de sécurité.

Dans les deux cas, ces montants ne tiennent pas compte des frais liés aux procédures judiciaires, qui, dans le cas de M. Mugesera, remontent pratiquement à son arrestation à Québec, en 1995.

Exceptionnels

Les cas de ce type qui nécessitent des précautions supplémentaires telles qu’un avion nolisé, de l’accompagnement médical et des agents de sécurité sont cependant qualifiés «d’exceptionnels» par l’Agence des services frontaliers du Canada.

En comparaison, le renvoi du Canada de la Mexicaine Paola Ortiz, en septembre dernier, a coûté seulement 3266 $, comme l’indiquent les documents obtenus en vertu de la Loi sur l’accès à l’information. Ce montant représente les frais de vol.

Cette mère de famille établie depuis 2006 au Québec a été expulsée vers son pays d’origine, le Mexique, après avoir épuisé tous les recours légaux. Mme Ortiz n’a pas réussi à convaincre Ottawa de lui accorder le statut de réfugiée, malgré la violence conjugale dont elle se disait victime par son ex-mari.

Douze ans

La déportation du fugitif chinois Lai Changxing du Canada vers son pays d’origine, en juillet dernier, a pour sa part coûté 17 380 $ aux contribuables. M. Changxing était considéré comme l’un des hommes les plus recherchés par Pékin.

Ce dernier est arrivé au Canada avec sa famille, en 1999, après avoir fui la Chine, où il était accusé d’être le cerveau d’un réseau ayant écoulé des milliards de dollars de marchandises de contrebande et corrompu des responsables locaux.

Au terme d’une saga judiciaire de douze ans, le gouvernement fédéral a refusé de lui accorder le statut de réfugié qu’il réclamait.

Les déportations en chiffres

Léon Mugesera -184 671 $

– Renvoyé au Rwanda
– Avion nolisé pendant 366 heures
– 3 agents de sécurité et 1 infirmier

Saïd Jaziri – 93 583 $
– Renvoyé en Tunisie
– Avion nolisé pendant 227 heures – 4 agents de sécurité

Paola Ortiz – 3 266 $ (frais de vol)
– Renvoyée au Mexique

Lai Changxing – 17 380 $ (frais de vol et surtemps)
– Renvoyé en Chine

Agence QMI  
Dominique La Haye avec la collaboration de Serge Laplante

Rubriques : Actualités, Immigration, Justice Mots-clés : , , ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.