0

Saâd Chraibi présente à Toronto son film “Femmes en miroirs”

Saad Chraibi

Le réalisateur marocain Saâd Chraibi a présenté dimanche à Toronto son long-métrage “Femmes en miroirs”, dans le cadre de la 15ème édition de Cinéfranco, le plus grand festival international de film francophone de la ville de Toronto, qui se tient du 23 mars au 1er avril.

Cette année, Cinéfranco, premier festival du film francophone dans le Canada anglophone, se veut la vitrine et un forum de dialogues pour des oeuvres venus du monde entier, dans une ville nourrie par la diversité culturelle.

“Femmes en miroirs” (Nissae fi maraya) revient sur l’histoire d’une jeune photographe marocaine de notoriété internationale, établie à Paris, qui doit se rendre au pays au chevet de sa mère. Son retour engendre des souvenirs de son passé et de l’histoire controversée et secrète de ses parents. Le destin de ses proches se croise et s’entrecroise pour former la trame d’intrigues captivantes.

Saâd Chraibi, fidèle de Cinéfranco, signe ainsi le troisième volet de sa trilogie sur la femme en poursuivant son travail d’observateur tout en exprimant son respect et son admiration envers la gent féminine.

“C’est une trilogie qui a commencé en 1998 par +Femmes et femmes+, qui a continué avec +Jawhara, fille de prison+ et qui se poursuivra par “Femmes en miroirs”, a indiqué le réalisateur marocain dans une déclaration à la MAP.

Saâd Chraibi est ainsi connu pour avoir abordé la condition de la femme marocaine. “Une condition qui a évolué au fil des années et qui a changé beaucoup d’idées reçues et de préjugés surtout avec l’entrée en vigueur de la Moudawana (code de la famille) en 2004”, a estimé Saâd Chraibi.

+Femmes en miroirs+ (2011) “ce n’est pas seulement une histoire d’amour, c’est aussi et surtout un acte artistique pour rendre hommage au rô le que joue la femme dans le développement de la société marocaine”, a-t-il dit.

Réalisateur engagé et observateur social, Saâd Chraibi n’a pas fini de nous étonner et de nous faire découvrir ses projets, dont sa prochaine production, en phase d’écriture, qui revient sur les évènements qu’a connus le monde arabe.

Outre +Femmes en miroirs+, le festival du film francophone de Toronto présente une sélection de films marocains regroupant trois autres longs métrages et un court métrage marocains, en l’occurrence “L’Amante du Rif” de Narjiss Nejjar, “Les hommes libres” de Ismaël Ferroukhi, et “Mokhtar” de Halima Ouardiri.

“L’Amante du Rif” (2011), une coproduction belgo-marocaine réalisée par Narjiss Nejjar, fait partie des 15 films en compétition. Dans cette production, tournée entièrement en arabe et adaptée du roman du même nom écrit par Noufissa Sbaï en 2004, Narjiss Nejjar prend comme appui la trame de ce roman qui relate le destin de femmes marocaines.

La réalisatrice marocaine traite avec grâce et lucidité les thèmes du pouvoir et de la drogue, le chô mage, la pauvreté, la condition féminine et l’univers carcéral féminin.

Le public torontois admirera aussi le court-métrage “Mokhtar” (2010) de la réalisatrice canado-marocaine Halima Ouardiri. Le film est un mélange de conte fantastique et de documentaire dans lequel Mokhtar, un enfant chevrier, crée l’émoi à la maison en rapportant un hibou, signe de mauvais présage.

“Les hommes libres” (2011) du réalisateur franco-marocain revient lui sur la protection qu’a offerte la Grande Mosquée de Paris à des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, à travers l’histoire d’un jeune immigré maghrébin dénommé Younès qui, pour subvenir à ses besoins, vit alors du marché noir.

La participation du Maroc à ce rendez-vous culturel, qui a vu la présence notamment de l’Ambassadeur du Maroc au Canada, Mme Nouzha Chekrouni, vise à faire découvrir au public torontois la richesse de la culture marocaine, le niveau de développement et de créativité de sa production cinématographique ainsi que le talent de ses cinéastes et artistes.

En marge de la projection, M. Chraibi a tenu une rencontre d’information et de discussions sur sa filmographie avec les représentants d’Associations marocaines, toutes confessions confondues, des membres de la diaspora marocaine ainsi qu’un public francophone et francophile nombreux.

Cette rencontre conviviale a très harmonieusement mis en valeur la diversité et la richesse de l’industrie cinématographique marocaine. Cette initiative a été extrêmement intéressante pour des personnes qui ont rarement l’opportunité de voir des films non anglophones ou rencontrer ou entendre la voix de leurs réalisateurs.

La densité et la qualité de la programmation proposée en 2012 constituent le moment fort des célébrations de la francophonie proposant à des publics variés et nombreux des espaces de rencontres qui valorisaient, dans la plus grande convivialité, les valeurs retenues pour cette 15ème édition.

Organisé à l’initiative de l’Institut français et en partenariat avec l’Office national du film du Canada et le Consulat de France à Toronto, Cinéfranco présentera aussi une exposition en l’honneur des Grandes figures des Cinémas d’Afrique et des Caraïbes.

“La chaleur de l’accueil de ce festival est unique, aussi bien sur le plan humain que sur celui de l’organisation et de l’infrastructure technique. C’est toujours avec un plaisir particulier que je reviens à Cinéfranco”, se réjouit Saâd Chraibi.

MAP.

Rubriques : Actualités, Cinéma Mots-clés : , , , ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.