0

Après la CAN 2012. Où en sont les sélections maghrébines

Les  quatre sélections maghrébines (Algérie, Maroc, Lybie et Tunisie)  ont connu  des fortunes diverses dans leurs parcours CAN 2012; c’est pourquoi, il est intéressant de savoir où en sont ces sélections après  cette CAN.

I- Algérie : vers le renouveau?

C’est la seule sélection magrébine qui n’a pas participé à la CAN 2012. Les Fennecs, après avoir fait un bon parcours en CAN2010 et un parcours modeste en CM2010, sont retombés dans une phase de restructuration. Pour cela, les responsables  ont engagé Wahid Halilhodzic pour remettre l’équipe sur les rails.

Les changements apportés permettront-ils aux algériens de retrouver leur lustre d’antan? Pour tenter une réponse à cette question, il faut attendre de voir leur prestation durant le match contre la Gambie le 29 février 2012. Ce match permettra au nouveau  sélectionneur national de montrer que l’on rentre dans une nouvelle phase.

La décision de partir avec un effectif plutôt rajeuni et écarter des joueurs importants, comme Karim  Ziani, Rafik Djebbour et  Abdelkader Ghezzal peut s’avérer une stratégie payante en cas de victoire, elle enclencherait sans doute une nouvelle dynamique, par contre, en cas d’échec, Halilhodzic subira une pluie de reproches.

 

II- Maroc : Le choix de la stabilité et de la continuité

La sélection marocaine a connu  une saison 2011 exceptionnelle :

•                Deux clubs (MAS et WAC) ont atteint les finales continentales avec un titre pour les fassis qui viennent de remporter la super coupe d’Afrique;

•                L’équipe nationale olympique s’est qualifiée pour les jeux olympiques de Londres, avec un titre de finaliste de la CAN ;

•                L’équipe nationale sénior s’est brillamment qualifiée pour la CAN 2012, avec 3 victoires, 2 nuls, une défaite et 8 buts marqués pour deux buts encaissés ;

•                Des joueurs marocains ont brillé de mille feux dans les plus grands championnats européens : Belhand(en France), Benatia(en Italie), Berrada(en Espagne), Ahmadi et Assaidi(en Hollande), Basser et Amrabet(en Turquie) sans oublier Boussoufa, considéré comme le meilleur recrutement en Russie, avant l’arrivée d’Eto’o.

Malheureusement, durant la CAN 2012, la sélection marocaine a du faire face à un concours de circonstances défavorables :

•                Une Tunisie exceptionnellement réaliste (2 occasions, 2 buts) ;

•                Des joueurs clé en méforme (Benatia, Chamakh) ;

•                Des blessures préjudiciables(Assaidi) ;

•                Un Gabon surexcité poussé par un public excité et un arbitre complaisant ;

•                Un peu de malchance.

Tous ces contres temps  sont arrivés en même temps et ont pratiquement réduit à néant les chances du Maroc d’aller plus loin.

Malgré cet échec, la fédération marocaine a choisi la stabilité et la continuité en réitérant la confiance à Gerets.

Le match contre Burkina Faso vient à un mauvais moment car pas mal de joueurs ne sont pas encore remis des déceptions de la CAN.

Si le résultat est positif, cela permettra de calmer quelques tireurs de couteaux mais si le résultat est négatif, cela va accroitre les critiques contre Gerets et accélérer le processus de déstabilisation en cours actuellement.

 

III- Libye : le football est de retour

Le 20 février 2012 restera comme la date du grand retour du football en Libye. Depuis le soulèvement populaire de février 2011, le championnat national était suspendu et la sélection nationale libyenne était obligée de disputer les éliminatoires de la dernière Coupe d’Afrique des nations (CAN) dans des pays voisins, au Mali et en Égypte notamment.

Une contrainte qui n’a pourtant pas empêché les “Chevaliers de la Méditerranée”, le nouveau surnom donné à la sélection nationale libyenne, d’obtenir pour la première fois sur le terrain leur qualification pour la phase finale d’une CAN,  et même de bien y figurer puisque, même si la sélection n’est pas passée au deuxième tour, son parcours est honorable avec un brillant nul 2-2 contre les futurs champions : la Zambie et une victoire(2-1) sur le Sénégal.

Les Libyens n’ont pas franchi le premier tour mais l’objectif principal de cette jeune équipe qui possède désormais un nouvel hymne et un nouveau drapeau a toutefois été atteint : montrer que la Libye est toujours présente sur le terrain du football africain.

 

IV-  Tunisie : un exemple pour le Maghreb

La Tunisie reste le pays le plus stable footballistiquement  au Maghreb. Et cette stabilité se répercute sur les performances.

En effet, deux clubs ont atteint les finales continentales, avec un titre pour l’Espérance.

Bien qu’elle se soit miraculeusement qualifiée pour la CAN 2012, la Tunisie  a passé le premier tour.

Les points forts actuels de la Tunisie, c’est la bonne santé de  son championnat professionnel qui engendre  des clubs performants, notamment l’Espérance et le Club Africain qui constituent de véritables locomotives pour le football tunisien.

 

 

Alas.Mtl 175 du 1 au 14 mars 2012

 

Rubriques : Actualités, Sports Mots-clés : , , , ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.