0

Les dessous d’une affaire tuniso-canadienne

Riadh Ben Aïssa, le vice président tunisien du groupe canadien SNC-Lavalin, qui construit la centrale électrique de Sousse, a été limogé hier soir, pour ses présumés liens délictueux avec la famille Kadhafi.

L’information est on ne peut plus anodine : le groupe canadien SNC-Lavalin, présent dans une centaine de pays, s’est séparé jeudi soir de deux de ses dirigeants. Le problème, l’un des limogés, le vice-président, n’est autre que le Tunisien Riadh Ben Aïssa, principal interlocuteur de la Société tunisienne de gaz et électricité (Steg) dans le projet de construction de la centrale électrique de Sousse, dont le groupe canadien est le principal constructeur.

Des liens étroits avec Saâdi Kadhafi

Dirigeant de la division construction de la firme et responsable des contrats de SNC en Afrique du Nord, Riadh Ben Aïssa avait tissé des liens étroits avec le clan Kadhafi au fil des ans. Le régime dictatorial déchu était l’un des plus importants clients de la firme canadienne à l’étranger. SNC-Lavalin avait en effet remporté, en 2008, le marché de la construction de l’aéroport international de Benghazi.

Ce qui n’arrange rien : la décision du limogeage de Riadh Ben Aïssa, et de Stéphane Roy, vice-président aux finances de la division construction de SNC-Lavalin, a été prise par le groupe canadien après que des informations insistantes eurent circulé, ces dernières semaines, à propos de leur implication présumée dans la tentative de fuite de leur «ami» Saâdi Kadhafi, le fils du défunt ex-Guide libyen Mouammar Kadhafi, au Niger.

Pis encore : Stéphane Roy avait assisté à l’arrestation, en novembre, de Cynthia Vanier, l’une des quatre personnes inculpées de complot pour faire passer clandestinement des membres de la famille Kadhafi au Mexique. La Canadienne, qui est accusée par les autorités mexicaines d’avoir été la tête dirigeante de ce complot, possède une maison d’hiver à Bucerias, au nord de Puerto Vallarta – très proche de la station balnéaire de Punta Mita, où Saadi aurait peut-être été dirigé si les choses était bien passées.

Tentative d’exfiltration des Kadhafi vers le Mexique

Roy a expliqué sa présence à Mexico, en novembre, en même temps que Mme Vanier, par le fait qu’ «il voulait explorer des projets de traitement des eaux. Des employés de SNC ont pourtant souligné à la CBC que le développement de l’entreprise n’était pas son mandat», écrivent nos confrères du quotidien montréalais ‘‘La Presse’’.

«Des questions concernant la conduite d’employés de SNC-Lavalin ont récemment alimenté l’opinion publique. SNC-Lavalin réitère que tous ses employés doivent respecter son Code de déontologie et de conduite dans les affaires», explique la firme dans un communiqué publié jeudi.

SNC-Lavalin est l’un des plus importants groupes d’ingénierie et de construction au monde, et un acteur majeur en matière de projets d’infrastructures et de services d’exploitation et d’entretien. SNC-Lavalin a des bureaux dans tout le Canada et dans plus de 40 autres pays, et travaille actuellement dans une centaine de pays.

Par Zohra Abid

kapitalis.com

Rubriques : Actualités, Dossiers, Société Mots-clés : , , , ,
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.