0

France : Non-lieu dans l’enquête sur la mort d’un Algérien suite à son interpellation par la police parisienne

Ali Ziri

Le procureur de la ville française, Pontoise a requis un non-lieu dans l’affaire d’Ali Ziri, un retraité algérien décédé le 11 juin 2009 à Argenteuil suite à son interpellation par la police, a révélé vendredi le journal en ligne Mediapart.

Interpellé par la police le 9 juin 2009 à Argenteuil, lors d’un contrôle de la route musclé, Ali Ziri (69 ans) tombe le soir même dans le coma à l’hôpital d’Argenteuil, où il décédera deux jours plus tard.

Plusieurs éléments de l’information judiciaire ouverte en 2009 pour “homicide involontaire et violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique”, mettent en cause les policiers.

La commission nationale de déontologie de la sécurité avait évoqué un “traitement inhumain et dégradant”et deux expertises médicales lient sa mort à l’utilisation de techniques de maintien sur un homme âgé et fortement alcoolisé (2,4 grammes par litre). La dernière expertise, en date du 15 avril 2011, concluait ainsi à “un épisode hypoxique (une diminution de la quantité d’oxygène apportée aux tissus – ndlr) en rapport avec les manÂœuvres d’immobilisation et les vomissements réitératifs”.

Pour Me Stéphane Maugendre, avocat de la famille Ziri, c’est la technique policière du pliage, consistant à plaquer le torse du prévenu sur ses genoux en exerçant une pression, “qui est à l’origine de l’asphyxie ayant conduit au décès d’Ali Ziri”.

La mort de l’Algérien, arrivé en France dans les années 1950, est à l’origine de la création du Collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri qui a appelé à un rassemblement de contestation le 14 janvier à Argenteuil en présence de l’humaniste et ancien résistant Stéphane Hessel et l’évêque Jacques Gaillot.

Les membres du Collectif poseront ensuite une plaque commémorative sur le lieu de l’interpellation du retraité algérien.

Selon un membre du Collectif, ce non-lieu s’il venait à être décidé par le juge d’instruction, se traduirait par l’abandon des poursuites contre les policiers impliqués dans la mort du retraité algérien. Une décision qui, selon lui, se révélerait d’autant plus difficile que tous les actes demandés par les avocats de la famille d’Ali Ziri, comme l’audition des témoins et des policiers par un juge d’instruction et la reconstitution des faits, ont été refusés.

6/1/2012

Source : Agence algérienne (APS)

Rubriques : Actualités, Dossiers, Société
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.