7

Maison du Maroc à Montréal: Un “chef d’oeuvre architectural” ouvert à tous les Marocains mais aussi aux Autres (M.Ameur)

Un centre socioculturel en faveur des Marocains résidant au Canada sera prochainement opérationnel et cette Maison du Maroc à Montréal sera ainsi le premier centre culturel marocain en Amérique du Nord visant en particulier l’accompagnement culturel des MRE, a affirmé le ministre délégué chargé de la communauté marocaine résidant à l’étranger, Mohammed Ameur, lors de la cérémonie de remise des clefs du Centre, lundi, marquant l’achèvement des travaux de ce projet.

Le projet du premier Centre Culturel Marocain à Montréal, entamé en novembre 2008 lors d’une visite de travail à Montréal de M. Ameur, vient ainsi de franchir une dernière étape vers sa concrétisation. Il abrite notamment des salles multifonctionnelles, une salle de spectacles, une aire d’exposition, une bibliothèque, une médiathèque, des classes pour des cours de langues et quelques espaces pour enfants et pour des réunions, ainsi que tout le confort.

Dans une déclaration à MAP/Montréal, à l’occasion de l’achèvement des travaux du Centre culturel marocain, le ministre a qualifié cet espace de “chef d’œuvre architectural” qui sera ouvert à tous les Marocains mais aussi aux Autres.

Mettant en exergue la culture en tant que facteur de rapprochement, le ministre a ajouté que cette réalisation est, en somme, “un hommage à la diversité et à l’ouverture sur l’Autre”.

L’inauguration prochainement de cet espace socioculturel “sera une occasion grandiose pour fêter cet événement culturel fort à Montréal”, a ajouté M. Ameur, lors de cette cérémonie de remise des clefs du Centre, rehaussée par la présence notamment de l’Ambassadeur du Maroc au Canada, Mme Nouzha Chekrouni, et du Consul général du Maroc à Montréal, M. Zoubair Hakam.

“C’est un centre culturel, certes, mais sur le plan architectural c’est un musée de l’artisanat marocain”, a dit le ministre qualifiant aussi la Maison du Maroc de “monument”. Il a également saisi l’occasion pour remercier toute l’équipe qui a oeuvré pour la concrétisation de ce projet mais aussi pour féliciter toutes les administrations marocaines qui ont participé à ce projet.

Dans une déclaration similaire, l’Ambassadeur du Maroc au Canada a indiqué que cet espace marocain sera un espace d’ouverture et d’échange qui s’inscrit dans le cadre d’une stratégie gouvernementale qui fait de la culture un “levier de rapprochement et de dialogue” entre les communautés marocaines installées à l’étranger et l’autorité marocaine.

Mme Chekrouni a également rappelé que l’ouverture des Maisons du Maroc dans différents endroits du monde où s’est installée une importante communauté marocaine est “une réalisation très importante pour le royaume du Maroc”.

L’ouverture de la Maison du Maroc à Montréal, a-t-elle dit, sera “un moment important dans les relations du Québec et du Canada avec le Royaume du Maroc”, ajoutant que la priorité donnée à l’axe culturel tend à souligner la question de l’identité marocaine dans ses dimensions linguistique, cultuelle et culturelle chez les Marocains résidant au Canada, et plus particulièrement la nouvelle génération.

Et d’expliquer qu’au-delà des Marocains résidants au Canada, le Centre culturel à Montréal s’adressera également aux citoyens du pays d’accueil et aux autres communautés y résidant, contribuant ainsi à un échange et à un enrichissement interculturels plus soutenus et à “un plus grand rayonnement culturel de notre pays”.

Pour l’architecte chargé du projet, Louis-Philippe Frappier, le concept de base, “c’est la maison marocaine, le riad”, soulignant d’autre part l’importante fenestration mise en place, sur les quatre étages. Selon lui, “l’idée était de s’ouvrir. De mettre en valeur les liens entre la communauté marocaine et les autres communautés dans le pays d’accueil”.

L’architecte a confié qu’il ne connaissait rien de l’architecture et l’art marocains jusqu’à ce qu’on l’invite à réaliser ce projet. C’est après un séjour dans le Royaume que l’architecte québécois a découvert l’importance de l’artisanat marocain et en particulier du travail du zellige, a-t-il dit, soulignant que sa rencontre avec maâlam Lamane El Housseine a été déterminante.

Situé à l’angle des rues Berri et Viger, en plein centre de la métropole et aux portes du Vieux-Montréal, le bâtiment abrite un petit oasis de chaleur et de couleurs. La palette des couleurs du zellige s’est singulièrement enrichie de couleurs vives qui permettent de multiplier les compositions à l’infini et tout le savoir-faire des artisans marocains est ainsi associé pour contribuer à la chaleur et au charme des lieux.

A la tête de ces artisans, maâlam Lamane El Housseine a encore une fois révélé son géni d’art graphique pour avoir placer la feuille d’érable canadienne et la fleur de lys québécoise dans la structure, privilégiant l’harmonie tant des formes que des couleurs, un travail artistique en tout point remarquable.

Les oeuvres réalisées à base de la céramique, du plâtre et du bois dans toute sa splendeur ainsi que la pose de zellige marocain traditionnel montrent le géni de ces artisans pour donner esprit et beauté aux matériaux les plus nobles! En bref la magie du zellige est bel et bien là où chaque motif appelle l’autre dans un artisanat architectural.

Source : MAP

Rubriques : À la Une, Culture, Société
© 2002 - 2017 Atlas Media. Tous droits réservés.
Propulsé par Noordev Technologies inc
INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE!
En vous abonnant, vous saurez tout sur vos émissions favorites, sur le contenu spécial offert sur notre site web, en plus d’être informé de nos concours et événements spéciaux.
PGlmcmFtZSB3aWR0aD0iMTAwJSIgaGVpZ2h0PSIxMDAlIiBzcmM9Imh0dHA6Ly93d3cueW91dHViZS5jb20vZW1iZWQvaU5sMTl5VHptMGciIGZyYW1lYm9yZGVyPSIwIiBhbGxvd2Z1bGxzY3JlZW4+PC9pZnJhbWU+
* Nous ne partageons jamais vos informations avec des tiers.